Accord entre le Fatah et le Hamas: Shimon Pérès désapprouve

Aux yeux du président israélien, le fait que le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas et le Hamas ait conclu un accord constituait un véritable obstacle  à une éventuelle paix avec Israël.

dans un communiqué du jeudi 28 avril, Shimon Pérès a déclaré que « L’accord entre le Fatah et l’organisation terroriste du Hamas est une grave erreur qui empêchera l’établissement d’un Etat palestinien et va saborder les chances de paix et de stabilité dans la région ».

Discours opposé de la part de Mahmoud Abbas qui pense que l’accord de réconciliation conclu avec le Hamas va « favoriser les négociations » de paix avec Israël. A l’issue d’une rencontre à Ramallah (Cisjordanie) avec les auteurs d’un nouveau plan de paix par des personnalités israéliennes indépendante, M. Abbas a en effet exprimer son point de vue, qui va à l’encontre de celui de Shimon Pérès: « Nous escomptons que ce qui a été réalisé [mercredi au Caire] entre le Fatah et le Hamas favorise les négociations ».

Et il a par ailleurs ajouté: « Nous espérons que cela conduira tous les mouvements palestiniens à accepter les conditions du Quartet«  pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Russie, ONU et Union européenne).  Il faisait bien entendu allusion à la renonciation à la violence, au respect des accords conclus et à la reconnaissance du droit d’Israël à exister.

Devant l’étonnement général, le Fatah du président Mahmoud Abbas, administrateur de la Cisjordanie d’un coté, et le Hamas au pouvoir à Gaza de l’autre, ont conclu une alliance visant à la formation commune d’un gouvernement transitoire en vue d’élections présidentielle et législatives l’année prochaine. le Hamas a promis qu’il ne contrerait pas les manœuvres de paix menées par le Fatah avec Israël.

Dans le passé, Le Hamas avait émis l’éventualité d’une trêve de longue durée avec l’État juif.  en 2006,  le Hamas gagne les élections parlementaires en 2006, puis prend le pouvoir dans la bande de Gaza un an plus tard, dans la foulée d’une semaine de guérilla urbaine meurtrière avec le Fatah.

Des négociations directes entre Israël et le Fatah avaient redémarré en septembre 2010 puis s’étaient interrompues quelques semaines plus tard en  raison d’un désaccord sur la poursuite par Israël de la colonisation. Elles n’ont pas repris depuis lors et le président Abbas essaye d’avoir la reconnaissance des Nations Unies d’un Etat palestinien  dont les frontières seraient celles d’avant 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Laisser un commentaire